Découverte : Université de Ngaoundéré, 27 ans après sa création

Située sur la route nationale N°1 à la sortie nord de Ngaoundéré, l’Université de la ville éponyme est née des cendres de l’École Supérieure d’Ingénierie et d’Alimentation du Cameroun (ENSIAC) en 1993. Bâti sur une superficie de 1475 hectares, ce creuset du savoir compte aujourd’hui 10 établissements donc 05 écoles et 05 facultés. Parlant des 05 écoles, on a l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences Agro-industrielles (ENSAI), l’Institut Universitaire de Technologie (IUT), l’Ecole des Sciences et de Médecine Vétérinaire (ESMV), l’Ecole de Génie-chimique et des Industries Minérales et l’Ecole de Géologie et d’Exploitation Minière (EGEM), qui est délocalisée à Meïganga dans le département du Mbéré, région de l’Adamaoua. Grâce à ces écoles, elle forme des techniciens et ingénieurs prêts pour le marché de l’emploi.


Pr UPHIE CHINJE Florence Epouse MELO, Recteur de l’Université de Ngaoundéré

Ses facultés sont les suivantes : la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines (FALSH), la Faculté des Sciences (FS), la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FSEG), la Faculté des Sciences de l’Education (FSE) et la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP) qui a un démembrement à Garoua, capitale de la région du Nord. La 2ème université au classement 2016 des universités d’État, a vu son effectif décupler ces dernières années malgré la création de l’Université de Maroua. 368 enseignants distillent des savoirs, chacun dans son domaine de prédilection, aux 35000 mille étudiants qui y sont régulièrement inscrits chaque année académique ; malgré les conditions de travail pas toujours idéales. Selon le Pr Patrice Siméon Kouam, enseignant de droit à la FSJP « la volonté de travailler y est mais il se pose un sérieux problème d’infrastructures », regrette l’enseignant. Parmi ces étudiants, 7000 environ sont étrangers pour une majorité tchadienne. Logée au quartier Bini-Dang à 15 km de la ville, cette institution a en partie favorisé la création de l’arrondissement de Ngaoundéré IIIème en 2007. « Recevant davantage d’étudiants, il était impératif de doter cette localité d’une administration et d’une municipalité pour mieux réguler les activités qui se sont développées autour du campus. », dixit  Annas Oussoumanou, natif de Dang.

Par Antoine Abel MBANBANE/ Journaliste

lavoixdesjeunes.info

2 pensées sur “Découverte : Université de Ngaoundéré, 27 ans après sa création

  • 29 avril 2020 à 8 h 28 min
    Permalink

    Bonne initiative et je vous encourage à aller de l’avant afin que la voix de la jeunesse soit écoutée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *