Le foulard : Un accessoire de la beauté féminine

Ce symbole qui marque l’élégance de la femme africaine est un auxiliaire qui accompagne la parure

Par sa simple dénomination, le foulard réfère directement à l’identité culturelle de la femme africaine. Originaire d’Afrique subsaharienne, il était utilisé pour symboliser la modestie, la spiritualité et la prospérité de la gente féminine. Aussi, dans les zones désertiques, les hommes  portent ce long tissu pour se couvrir contre les rayons solaires. Il est alors pour l’africain, un accessoire traditionnel qui vient sublimer la beauté de la femme et singulièrement celle de la jeune fille. Fait de l’association entre pagne et camisole, il est très réputé lors des différentes cérémonies traditionnelles notamment celles de mariage.

On en trouve de plusieurs sortes et la plus prisée est celle dite « le gelé nigérian ». C’est un type de foulard qui consiste à nouer tout un pagne sur la tête. Le nouer relève d’un véritable art. Il nécessite en effet, la présence des spécialistes du domaine qui dénombrent plusieurs styles. « On distingue le foulard à la nigériane, le foulard du style d’Oumoul Sangré, on a le sitting, le foulard enroulé », cite spontanément Ortence Ndopsi, spécialiste du domaine. « Je mets le foulard, je ressens une certaine élégance en moi et je me sens bien dans ma peau », informe-t-elle.

On en trouve de plusieurs sortes et la plus prisée est celle dite « le gelé nigérian ». C’est un type de foulard qui consiste à nouer tout un pagne sur la tête. Le nouer relève d’un véritable art. Il nécessite en effet, la présence des spécialistes du domaine qui dénombrent plusieurs styles. « On distingue le foulard à la nigériane, le foulard du style d’Oumoul Sangré, on a le sitting, le foulard enroulé », cite spontanément Ortence Ndopsi, spécialiste du domaine. « Je mets le foulard, je ressens une certaine élégance en moi et je me sens bien dans ma peau », informe-t-elle.

Femmes valorisant le foulard africain
Crédits photo: © Liu Montsho Kwayera sur Facebook

 Non loin de la beauté et de l’art, le foulard se veut un élément de la tradition ancestrale et religieuse. Pour certaines obédiences religieuses, le foulard est une protection. C’est le cas de l’islam qui prescrit cette forme de cache-nez contre les démons « djinns ». Selon les islamologues les cheveux de la femme comme toutes autres parties de son corps, doivent être couverts.

Au fil des ans, la modernité semble avoir eu raison de sa symbolique dans la société africaine. Les perruques, les mèches et autres formes de coiffures ont pris le devant de la scène au détriment des cheveux crépus et naturel des femmes du continent noir. Les traditionnalistes  craignent alors, la disparition de ce patrimoine ancestrale, car il est une richesse africaine qui se transmet de génération en génération.

Par Abba DAHIROU/ Journaliste

lavoixdesjeunes.info



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *