Culture – Cinés made in sahel : Les courts métrages du septentrion sortent la tête de l’eau

Depuis quelques années déjà, le cinéma semble  avoir posé ses valises dans la partie sahélienne du Cameroun. Le 7e art connait une mutation profonde, qui tend à professionnaliser le secteur. Fini l’époque où le septentrion était considéré comme le ventre mou de l’industrie cinématographique du vert rouge jaune. Le secteur du cinéma y connait alors, un léger essor qui se traduit par une lueur de visibilité sur le territoire national. En effet, nombre de réalisations cinématographiques issues du sahel s’imposent sur les chaines de télévisions nationales et internationales. Les thèmes abordés dans ces courts métrages, vont de la société à la religion, en passant par l’éducation.

Partagez vos moments spéciaux avec vos amis et votre famille

Il s’agit pour ce faire, de sensibiliser la société sahélienne sur l’importance  de la scolarisation de la jeune fille, sur les dangers des mariages précoces, sans oublier la valeur des us et coutumes locales. Le cinéma est  devenu pour eux, le moyen de diffusion par excellence de  la culture du sahel hors de nos frontières. Parmi les œuvres déjà réalisée, nous pouvons citer : « taxi moto », « la belle-mère », « femme pieuse »…

Bien que cette culture du cinéma semble avoir le vent en poupe, les producteurs des négatifs de cette partie du pays naviguent sur un fleuve turbulent. Pour cause, la non rentabilité et l’équipement inadéquat. « La piraterie, le manque d’encadrement, l’insuffisance des infrastructures adéquates, l’absence des salles de cinéma, sont autant des goulots d’étranglements qui empêchent  l’éclosion complète du cinéma dans le grand Nord » confie Meknel, producteur et promoteur du cinéma sahélien. Il poursuit en disant ;  « le grand Nord a un talent perceptible qui pourra faire la fierté du Cameroun à l’extérieur ».

Le cinéma serait, à proprement parler, une aubaine pour montrer aux yeux des populations locales et du monde entier, la richesse d’une terre de rencontre et de brassage à nul autre pareil.

Par Antoine Abel Mbambane/ Journaliste

lavoixdesjeunes.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *