ASSANA BRAHIM “Le droit d’auteur bafoué par des amateurs”

À l’occasion de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur célébrée le 23 avril dernier, La voix des jeunes donne la parole au jeune écrivain Dr Assana Brahim, auteur d’Éclipse du désespoir.

Du droit d’auteur, qu’est-ce qu’il faut comprendre ?

De manière simple, le droit d’auteur est un droit dont bénéficie celui qui a produit une oeuvre artistique, scientifique ou de toute autre nature. Il peut être matériel, financier ou symbolique.

Quelles sont les principales transgressions du droit d’auteur aujourd’hui?

En ce qui concerne spécifiquement le livre, notamment la littérature, le droit d’auteur est bafoué à travers le photocopiage, le plagiat, la republication par des amateurs ou d’autres éditeurs sans autorisation ; l’adaptation au cinéma ou au théâtre sans consentement de l’auteur, etc.

Au piratage de l’oeuvre, s’ajoute la technologie via les réseaux sociaux. S’il arrive que vous trouviez et reconnaissiez un extrait de l’Éclipse du désespoir (sans vous citer), quelle sera votre réaction?

Les réseaux sociaux constituent dans une certaine mesure un véritable fléau pour les livres. En dehors des livres qu’on peut avoir par libre accès, beaucoup sont partagés et téléchargés illégalement. Bien des extraits des livres circulent, malheureusement sans mention du véritable nom de l’auteur qui est souvent substitué par l’internaute. Des lois existent, je crois, pour gérer ce type d’usurpation.

Comment l’écrivain peut-il défendre le droit de propriété intellectuelle en cas de litige ?

L’auteur peut avoir recours à la justice comme tout autre citoyen. Au Cameroun, la Sociladra remplit une grande fonction dans ce sens.

Face aux réseaux sociaux et piratages, quel est le principal défi auquel l’écrivain fait face lorsqu’il faut préserver son droit sur l’oeuvre de ses mains et de ses pensées ?

L’écrivain comme l’éditeur doivent protéger juridiquement leurs productions littéraires. L’État doit également jouer pleinement son rôle dans la lutte contre le piratage et autres abus du droit auctorial en responsabilisant le citoyen sur ses devoirs civiques, sinon la création, l’édition et la consommation du livre prendront un coup fatal.

Propos recueillis par Marie BAHANÉ

Journaliste/ www.lavoixdesjeunes.info

Votre agence de com par excellence

3 pensées sur “ASSANA BRAHIM “Le droit d’auteur bafoué par des amateurs”

  • 18 mai 2020 à 5 h 32 min
    Permalink

    Ce phénomène de piratage des livres et d’œuvre d’art s’aggrave de plus en plus. Il est important de réprimander avec la dernière energie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *