Journée mondiale du livre : La lecture délaissée par les jeunes africains

Le 23 Avril, la communauté internationale a célébré la journée mondiale du livre et du droit d’auteur. Ceci, dans le but d’inciter d’avantages les individus et particulièrement les jeunes à la bonne lecture.

Un réel problème perdure depuis des années. Il s’agit, d’une célèbre expression que, Manuella, jeune élève reprend en ces termes : « La lecture c’est pour les vieux ». Une image qui nous dit, combien les jeunes s’impliquent de moins en moins dans cette activité. Selon  les recherches effectuées,  la majeure partie de la jeunesse ne lit pas. Du moins, elle ne s’intéresse pas aux livres qui doivent l’édifier. Elle se laisse plutôt absorber par les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic), les arlequins et les livres à caractère pornographique.

La littérature classique est délaissée et celle moderne ne fait pas autant de choux gras auprès d’elle. Lire un roman,  un recueil ou encore un essai, est perçu comme étant de la vieille époque. Le blocus se trouve ailleurs, expriment quelques-uns. « Se procurer un livre est onéreux. Surtout si vous ne disposez pas d’assez de moyens financiers » dévoile DJITA, étudiant. Cependant,  l’avènement des Ntic n’a pas arrangé la situation. Certes,  l’accès au livre en version pdf est plus aisé et à la portée de tous. Néanmoins, certains jeunes ne s’y intéressent toujours pas. « C’est hyper ennuyeux de télécharger un livre sous la version pdf par exemple et lire après. Il y aura forcément des problèmes comme celui des yeux,  parce que rester devant une machine ou un téléphone pendant des heures est malsain ». Toutes les raisons sont bonnes pour éviter de se mettre à la lecture.

Toutefois, la lutte acharnée contre cette mauvaise pratique continue. Faire encrer la lecture dans les habitudes des jeunes, est le principal objectif. C’est un défi que le collectif camerounais de jeunes auteurs a décidé de relever par ces mots d’Amon Ray, auteur : « Nous sommes tous jeunes et connaissons ce qui empêchent nos paires de s’adonner à la lecture. C’est pourquoi,  nous organisons souvent des réunions de rencontre avec les jeunes au cours desquelles, nous les édifions sur ce qu’est le livre et les différents livres qui peuvent beaucoup les intéresser. Car ils s’accordent avec leurs attentes ».

Par Georgette ETOA/ Journaliste

www.lavoixdesjeunes.info

Une pensée sur “Journée mondiale du livre : La lecture délaissée par les jeunes africains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *