Ramadan autour d’un repas pour la rupture du Jeûne.

Le mois de ramadan constitue l’occasion et l’opportunité par excellence pour vivre la solidarité et la générosité. Surtout, le fidèle musulman est invité au partage

Mercredi, 29 avril 2020. Il est 18h 25 min à Malang, un quartier situé dans le troisième arrondissement de Ngaoundéré. Babba ALIM et les siens vont à la prière. Après avoir rempli ce geste fort, 5e et principal pilier de l’Islam, vient le moment du festin. Lui, c’est la rupture du jeûne, l’instant tant attendu. Le chef de famille est à l’honneur. « C’est une immense  joie pour moi  de partager le repas autour de mes proches, de mes amis. Je me sens vraiment le plus heureux du monde, car pour nous les musulmans, ce mois béni est l’occasion de solidifier notre existence auprès de notre Créateur. Chaque bonne action compte par milliers de bénédictions. Quoi donc de plus mieux que d’en profiter autant qu’on peut et de partager au maximum ce moment de rupture avec mes proches, mes amis et mes enfants » confie le chef de famille.

Les membres de la famille et les invités forment un cercle autour du buffet offert par Babba ALIM. Au menu, divers aliments dont la présentation invite à la dégustation qui commence par la bouillie. Elle occupe une place de choix pour la rupture du jeûne, et est source de désaltération pour redonner de l’énergie à l’organisme resté à sec le long de la journée. Généralement, elle s’accompagne de beignets de différentes qualités : kossai, massé, pancake.

Voici alors venue l’heure du festin proprement dit. Babba ALIM met des moyens en jeu pour satisfaire sa famille et ses hôtes en variant chaque soir le menu proposé. L’alternance s’effectue entre fruits, légumes et plats huileux, question de maintenir l’équilibre sanitaire de tous. Saidou est l’un des invités. « Pour nous autres, nous sommes très ravis chaque fois qu’il nous interpelle le soir pour venir partager le repas avec lui et sa famille », affirme-t-il tout en étant reconnaissant. « Nous lui exprimons notre gratitude surtout en cette période du mois de ramadan. Que le bon Allah récompense ses actes ».

Le plat irremplaçable dans cette zone du pays est aussi inscrit au tableau du menu. La précieuse « boule », accompagnée par la sauce gombo, foleré, ou le bokko. Elle fait la joie des papilles gustatives des convives.

Durant ce mois béni du calendrier hégirien, les fidèles musulmans se privent de manger et boire dès l’aube jusqu’au coucher du soleil. Après avoir rempli les obligations du réveil, tout le monde vaque à ses habitudes journalières. Le train des bénédictions est déjà sorti de la gare. Tous les fidèles musulmans suivront ce régime alimentaire pendant 29, voire 30 jours.

Par Abba DAHIROU / Journaliste

www.lavoixdesjeunes.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *