INNOVATION TECHNOLOGIQUE : LE CAMEROUNAIS STÉPHANE BORIS TABEU INVENTE UNE COUVEUSE

La jeunesse camerounaise veut participer activement au développement de ce pays voire du continent, via les moyens technologiques.

Lesdites motivations sont de deux ordres. Premièrement, la passion que j’ai depuis ma tendre enfance pour la technologie. Dans le cas d’espèce, la maîtrise de la technologie des micro-contrôleurs et des microprocesseurs dans les applications industrielles et médicales se trouvent être au centre de ma motivation. À côté, il y a un constat. Nos hôpitaux souffrent, pour la plupart, de l’absence de plateau technique et en l’occurrence l’absence de couveuses néonatales ; chose qui cause le désarroi dans de nombreuses familles. D’où l’idée d’une solution locale.

Quels obstacles avez-vous rencontrés ?

Le principal obstacle auquel j’ai fait face et qui demeure, est le manque de soutien institutionnel et financier. Je suis encore à la recherche des solutions et je reste ouvert à toutes les personnes et les institutions désireuses de soutenir ce projet.

Comment présenteriez-vous votre projet ?

En réalité, il s’agit d’un travail qui a commencé en 2011 avec mon admission comme stagiaire au Centre Hospitalier et Universitaire de Yaoundé (CHUY). Ce stage a débouché sur l’invention de la première couveuse néonatale interactive MOUBOUA 1401 en 2014, dans le cadre de la soutenance de mon Master en Physique et Applications à l’Université de Yaoundé 1. Le projet de création de l’entreprise MICROTECH pour la fabrication, la vente et la location des incubateurs fermés ou ouverts a été présenté lors de la soutenance publique. Il a reçu le prix du meilleur poster lors de la quatrième édition de la conférence internationale de la société camerounaise de Physique sous le thème : High level physics and appropriates solutions to real life problems in developing countries, couplée à la célébration de l’année internationale de la lumière sous le thème : Africa, Technological Solutions for Development sensors, solar, energy and telecommunications. Il a également été sélectionné parmi les 10 meilleurs projets en Afrique lors de la première édition du challenge de physique expérimentale organisé par APSA : Association pour la Promotion Scientifique de l’Afrique.  

Couveuse Made in Cameroun

Mouboua 1401 est toujours en attente de financement et de l’autorisation du Ministère de la Santé Publique pour essai clinique depuis 2015, après plus de 6 mois de tests techniques au CHUY. Aujourd’hui, avec les connaissances acquises à l’École Polytechnique de Yaoundé en Télécommunications et en Électronique Quantique dans le laboratoire de Physique non-linéaire et des systèmes complexes de l’ENS de Yaoundé, MOUBOUA HEALTHCARE SYSTEMS est désormais un ensemble de programmes informatiques et de circuits électroniques performants, conçu pour une gamme d’appareils utilisée en pédiatrie et en néonatalogie pour la mise en place d’un plateau technique efficient.  Il permettra l’amélioration de la qualité des soins prodigués et la réduction du stress des enfants malades pour une guérison rapide. Il s’inscrit pleinement dans la télémédecine et dans la santé connectée ou e-santé. Notre initiative est innovante car elle tient compte des spécificités purement africaines et apporte une solution efficace aux problèmes récurrents que sont la maintenance et la fourniture en énergie électrique. La spécificité de notre dispositif réside également au niveau de l’électronique d’adaptation utilisé pour certains capteurs et obéit aux lois de l’électronique quantique ; un plus de sensibilité, de justesse et de fiabilité.    

Quelle est votre vision à long terme?

Ma vision dans le long terme est de promouvoir le made in Cameroon en ce qui concerne les équipements bio-médicaux. Mais plus encore, de hisser le Cameroun dans le cercle fermé des pays qui travaillent actuellement sur les ordinateurs quantiques. Un autre pan de nos travaux de recherche nous a permis d’ouvrir, pour la première fois, une nouvelle discipline en Physique à savoir, l’Électronique Quantique Quaternionique. Cette dernière est une science dont les applications se tournent vers l’industrie 4.0. Je compte à cet effet, pousser mes recherches dans ledit axe. Je bénéficie aujourd’hui du soutien du Ministre de la Jeunesse et de l’Éducation civique, pour affronter cette bataille titanesque.

Propos recueillis par :

Carole Martine TAMBA MANI/ Journaliste

www.lavoixdesjeunes.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *