POÈME : MAMAN, Ô MÈRE QUE DIEU BÉNISSE TOUTES LES MÈRES

À quelques lunes près de la célébration de la fête des mères, il me choit de former ces quelques lignes en hommage à toutes les mamans. Après quoi, souffririez-vous que je mette en relief une note morose car comme vous le savez, ma plume est aussi descriptive que révélatrice des faits les plus mutés.

Maman, c’est cette femme, porte de la vie. Lorsqu’elle n’a pas conçu et enfanté, maman a adopté, recueilli, élevé.

Maman veille et prie pour sa progéniture. Elle paît les brebis que le Bon Dieu lui a confiées.

Maman ne craint pas la disette pour elle-même tant que ses petits ont de quoi se remplir la panse. Elle en fiche un, deux, trois, quatre coups afin que les siens soient affublés et ce, même si elle doit revêtir le même haillon toute l’éternité.

Maman ne tient plus compte de son self-control du moment où la vie de ses petits est en jeu. Touchez à un de ses rejetons et vous saurez de quel bois se réchauffe une lionne en rogne.

Maman vit pour que ses enfants bénéficient de la meilleure portion dans un futur qu’elle ne maîtrise pourtant pas.

J’ai parfois vu Maman compromettre ses principes de vie et d’intégrité, juste pour assurer la cuillerée quotidienne ou éviter que Mamita ne soit expulsée de l’école pour défaut de paiement de scolarité. En conséquence, son entourage l’a disqualifiée parce que l’ayant ainsi qualifiée : belle-de-nuit, fille de joie, femme de mauvaise vie, fille en carte, péripatéticienne, entraîneuse, bref, prostituée. Pourtant, personne n’a daigné l’aider à prendre en charge ses petits.

Maman a maintes fois pris pour enfant légal, un nourrisson abandonné, un orphelin, un enfant défavorisé mais la société n’a cessé de lui rappeler que ses entrailles ne valaient pas plus qu’une sépulture.

Maman est une femme, mais de prime abord, une enfant ou une jeune fille marquée par l’impétuosité des violences verbales et physiques, des mutilations, de la stigmatisation, des addictions et autres choses lui ayant ôté qui, sa sensibilité, qui, son sens de la responsabilité et parfois même, sa propension à donner de l’amour.

Maman, c’est aussi cette femme déchirée par la disparition de sa progéniture, de son poussin. Non, aucune mère ne devrait enterrer son enfant, alors de grâce chers moralisateurs qui savez tout et avez le droit de tout dire de Maman, apprenez à respecter sa douleur !

🌼🌼🌼
À présent, mes chers readers, permettez que je change de décor car, autant nous sommes nombreux à célébrer la fête des mères, il y a des enfants pour qui cette célébration rime avec amertume. Ceci étant, il convient d’attirer l’attention des mamans qui ne font pas le bonheur de leurs enfants.

Maman n’en est plus une chaque fois qu’elle rejette son enfant et lui témoigne de l’acharnement plutôt que de l’affection.

Maman n’en est plus une chaque fois qu’elle profère des malédictions et des paroles de limitation sur la vie de son enfant.

Maman n’en est plus une chaque fois qu’elle fait la différence entre ses enfants et choisit délibérément d’en traumatiser un.

Maman n’en est plus une lorsqu’elle échange la vie de son enfant contre des années supplémentaires de gloire et de jouissance personnelles.

Maman n’en est plus une lorsqu’elle oblige sa fille à s’adonner au commerce du sexe pour maintenir un certain standard de vie.

Et lorsque Maman n’en est plus une, elle DOIT se repentir pour le devenir à nouveau.

Maman, maman, maman ô mère !

Avant de déposer ma plume, je voudrais vous inviter à prier pour votre mère, à lui témoigner de l’amour et de la reconnaissance.

Pensez cette semaine à une mère à côté de vous qui ne vous le dira pas , mais qui a besoin d’être félicitée pour être la mère qu’elle est.
Pensez à ces veuves, à ces mères célibataires, à ces mères mariées mais seules pour autant. Pensez à ces mères qui ont souffert de mettre leur enfant en bière. Pensez enfin à ces hommes pères et mères.

Maman, maman, maman, ô mère.

Que Dieu bénisse toutes les mamans.

Titre: Maman, ô mère !
Auteure: L. Athénaïs Peggy

www.lavoixdesjeunes.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *