Toxicomanie : La chicha un tueur silencieux

On observe de plus en plus chez les jeunes aujourd’hui, une addiction à ces appareils à fumée dont ils ne se préoccupent pas des conséquences.

« Cheminée », telle est l’expression utilisée pour décrire les salons de chicha. Impossible de passer inaperçus car très en vogue dans la ville de Yaoundé. Ils se comptent par dizaine et attirent de plus en plus de jeunes adeptes au produit phare, la chicha. Le narguilé, hookah ou encore chicha, est une machine à eau, composée d’un ou de deux tuyaux reliés à un vase et qui permet de fumer du tabac. Pour se procurer une dans un salon à chicha, il faut compter entre 2000 et 5000 Francs Cfa.

L’usage de cette sorte de pipe, découle de plusieurs raisons selon les usagers. « Je me suis récemment mise à consommer la chicha déjà parce que, c’est très class et à la mode. En plus de cela, c’est parfumée et tu peux avoir la saveur que tu désires », révèle Liliane Ngo, étudiante. Pour un autre, les raisons sont différentes. « Avant la chicha, j’avais tendance à prendre de la cigarette et je pouvais fumer la moitié d’une boite par jour. Avec les réprimandes de mes proches j’ai dû trouver un moyen d’arrêter. Et un jour, en regardant la télévision, j’ai vu une publicité sur la cigarette électronique et la chicha comme moyens de frein à la consommation de la cigarette classique. Je me suis directement mis à la consommer. Et ça marche », affirme Aziz, un jeune. Phénomène de mode pour certains et sorte de fin d’addiction à la cigarette pour d’autres, la chicha est un incontournable dans les soirées de jeunes. Impossible lors d’une soirée entre amis ou encore d’un date (rendez-vous amoureux, Nldr) qu’elle manque à l’appel.

Pourtant, cette machine sophistiquée et à la pointe de la modernité présente des dangers irréversibles liés à la santé du consommateur. « Beaucoup de jeunes pensent que la chicha est moins nocive que la cigarette. Cela est une grosse erreur. Car, cette sensation agréable et parfumée qu’il ressente lorsqu’ils fument, les exposent sur le long terme à diverses maladies. Telles que; le cancer, la bronchite chronique et les problèmes cardio-vasculaires. Certaines études menées, révèlent que, fumer une chicha sur une durée moyenne d’une heure, est équivalent à deux paquets de cigarettes. Le monoxyde de carbone présent dans la fumée de la chicha est en quantité 7 fois supérieure à celui présent dans la fumée d’une cigarette. La fumée d’une chicha contient autant de pollution au monoxyde de carbone qu’environ 15 à 52 cigarettes et autant de goudron que 27 à 102 cigarettes. Sa teneur en chrome, cobalt, plomb et nickel est plus élevée que celle de la fumée de cigarette. De plus, un millilitre de fumée de chicha contient plus d’un million de microparticules. De quoi s’inquiéter », explique le Dr. Toppi. Fumer détend, mais à quel prix!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *